Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Le blog d'AVIGNONET INITIATIVES (Avignonet-Lauragais - 31)

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 > >>
Un peu d'histoire

Fermier des gabelles en Languedoc, Pierre Paul Riquet amasse une fortune personnelle considérable. En 1662, sa carrière professionnelle s'achève mais le projet de son canal prend de plus en plus de place dans son esprit. La question de l'alimentation en eau d'une telle voie navigable se pose avec insistance. Et, en arpentant la Montagne Noire avec un sourcier, il trouve la solution.

Introduit par l'archevêque de Toulouse auprès de Colbert, son projet est accepté. Les tractations entre l'Etat et les Etats du Langueudoc trainent en longueur, Colbert veut les voir financer une partie des travaux. Quatre ans après leur première rencontre, la décision royale d'ouverture des travaux est signée par Louis XIV, en 1666, les travaux commencent dès 1667. Paul Riquet prend à sa charge le financement du creusement de la rigole d'essai entre la Montagne Noire et le point de partage des eaux, à Naurouze, à quelques mètres d'Avignonet.  Le canal emprunte la vallée de l'Hers entre Toulouse et Naurouze puis se dirige vers Béziers. L'alimentation se fait au seuil de Naurouze par la RIGOLE qui amène l'eau du versant nord de la Montagne Noire. Le réservoir de Saint Ferréol permet de régulariser le débit. Le déversoir du Seuil de Naurouze (3 Km d'Avignonet) est un point naturel du partage des eaux entre l'Atlantique et la Méditerranée, il a été aménagé de façon à diriger l'eau sur l'un ou l'autre versant.

A Avignonet comme ailleurs, une partie des terres de la plaine sont confisquées pour permettre le passage du canal, celles se trouvant en dessous du tracé seront marécageuses donc inexploitables. En 1742, le roi accorde bien 6000 livres à la communauté pour la remise en valeur de la plaine, mais celle-ci ne sera effective qu'avec le tracé de l'A61.
La section Naurouze - Toulouse est officiellement inaugurée les 21 et 22 février 1672 .
Sur le territoire d'Avignonet, on compte deux écluses : EN BORREL (emprunter la RD 43), et EN CASSAN ( suite à une erreur de prise de niveau , en janvier 1672, lors de la mise en eau, on s'aperçut que le sas unique était insuffisant et on dût procéder au creusement d'un second bassin, ce qui distingue cette écluse de la précédente construite à un seul bassin ).

Le Canal du Midi est classé au patrimoine mondial de l'humanité par l'UNESCO en 1996.

Port Lauragais : une curiosité européenne

Cet ensemble conçu et réalisé en 1983 lors de l'aménagement de l'aire de repos sur l'A61, est à la fois une aire de repos et un port fluvial .
Implantés sur une presqu'île artificielle, aménagée lors de l'implantation de l'autoroute, les bâtiments comportent de nombreux équipements : aire de repos, pique-nique, hôtel, restaurant, station service, exposition sur le Canal du Midi, Maison de la Haute-Garonne (produits régionaux,artisanat local, presse, produits du terroir).

 

Texte : Laure Pagès

Photos : B.Alasset

Photos : B.Alasset

Photos : Bruno AlassetPhotos : Bruno Alasset
Photos : Bruno Alasset
Photos : Bruno AlassetPhotos : Bruno Alasset

Photos : Bruno Alasset

Voir les commentaires

Published by Syndicat -

Des vestiges d'un village de marchands

La Halle . XIX ème siècle

Très belle bâtisse de pierre calcaire et brique ouverte côté Sud par trois beaux arceaux de briques rouges. Elle fut remaniée au début du XXème siècle. Un arceau, visible côté ouest , rue des Fournils, fut fermé alors que le troisième, côté sud, était ouvert.
Son architecture rappelle celle de la mairie .
Elle est encore utilisée, en particulier, lors de la fête locale en juin et pour la foire d’automne.

La place du Foirail autrement nommé le Pilori.

En 1268, Alphonse de Poitiers accorde, à Avignonet, un marché tous les samedis. Le déplacement de ce marché eut lieu certainement après la fondation de Villefranche, celle-ci prenant le pas sur Avignonet.
En 1355, Froissart dit en parlant d’Avignonet : « Une grosse ville marchande et où on fait foison de draps et bien y avait à donc quinze cent maisons mais elles n’ étaient point fermées. »
Déjà en 1205 Avignonet organisait quatre foires par an : le lundi de Carême, le jeudi après l’Ascension, le 22 juillet et le 18 octobre.
Ces jours de marchés et de foires disparurent après la deuxième guerre mondiale. Depuis les années 80, l'Office du Tourisme organise la foire d’Automne du 18 octobre, elle connaît un succès toujours grandissant. Elle n’occupe pas la place du Foirail mais toute la partie haute du village.

Des bâtiments publics remarquables

La Mairie. 1873 architecte Jean-J Esquié. Calcaire et brique

Construite sur un emplacement communal ( Le Foirail ), son architecture est caractéristique de ces imposantes bâtisses construites à cette période.
Ce bâtiment à étage abritait autrefois la mairie et l‘école. Depuis 1990, elle ne fait plus fonction que de mairie.
Et, depuis septembre 2003, elle accueille le bureau de poste.

Le groupe scolaire Auguste Fourès. 1989. Architecte Jean-Marc L’Ollivier

Très joli ensemble construit sur un espace agricole acquis par la commune (ancienne propriété Guilhem ).
Les différents dénivelés offrent aux enfants des espaces de jeux naturels , verdoyants et ombragés .
L’ancien hangar attenant a été aménagé en salle polyvalente ,servant de salle de sport pour les activités scolaires .
Le restaurant scolaire en prolongement d’un préau vitré ,s’avance en proue ,sur la butte, pour plonger sur la RD80A offrant, plein Sud , une vue imprenable sur la plaine et les collines.

Autre curiosité : La Tour du télégraphe
Entre 1830 et 1850 (dates estimées), la commune s’équipe d’un télégraphe à signaux selon le système CHAPPE. Situé sur une hauteur, à 272 mètres d'altitude, près du hameau de DAX, au nord du territoire communal. Construite en pierre calcaire et brique rouge elle pourrait bénéficier prochainement d’une restauration.

Texte : Laure Pagès

Photos : Bruno AlassetPhotos : Bruno Alasset
Photos : Bruno Alasset
Photos : Bruno AlassetPhotos : Bruno Alasset

Photos : Bruno Alasset

Voir les commentaires

Pour découvrir Avignonet et ses nombreuses richesses patrimoniales, rien ne vaut la promenade à pied dans tous les sens pour admirer les remparts, son église, sa tour en poivrière et tout ce qui témoigne de son riche passé.

Un système défensif complet

Les remparts. De la fin du XIIème siècle au XVIIème siècle. Calcaire.

Ces remparts entouraient entièrement la ville qui était accessible par quatre portes ouvertes le jour et fermées la nuit . La tour en poivrière 1610 se situe à côté de la porte de Cers qu'elle venait renforcer. Il reste plein Sud 250 mètres de remparts et l’ emplacement d’une poterne .Au lendemain du massacre des Inquisiteurs, les remparts furent en partie démolis ainsi que portes et tours .
Le Prince Noir en 1355 n'eut aucun mal à y pénétrer avec ses troupes. Les murs furent alors reconstruits. On peut voir près de l’entrée sud , dans le mur une pierre de reconstruction portant une croix discoïdale.
Ces remparts étaient en état en 1578 puisque les Protestants s’emparent de la ville en les escaladant. Un contrefort côté sud a été récemment restauré .

Les fossés

De part sa position topographique, l’escarpement du terrain suffit à la défense, la muraille servant de mur de soutènement. Les fossés sont attestés dès le XIIIème siècle et ne concernent que le flanc ouest .
Ces fossés correspondent à la route qui relie la RN113 au quartier de Saint-Prim (au nord du château ).
Au nord et à l’est, le chemin des fossés permet de suivre à mi-pente les anciens murs d’Avignonet. Ce n’était en réalité pas un fossé creusé mais un passage en terrasse donnant accès aux poternes Est et Nord .


Les portes

Le plan de 1765 indique quatre entrées dans le bourg, soit une au centre de chaque face .
Si les entrées nord et sud ne semblent être que des poternes, celles de l’est et de l’ouest sont de véritables portes de la ville.
La porte de Cers entrée principale, possède plusieurs éléments dont certains sont encore visibles. Le plan de 1765 représente devant cette porte une tour carrée faisant saillie dans la muraille, renforcée ensuite par une tour en poivrière. L’accès se faisait par un pont-levis enjambant le fossé et passant sous la tour. Cette tour servait aussi de prison .
En examinant les plans de 1765 et de 1824, on peut retrouver l’emplacement des tours et les entrées de la ville.
Il est possible de voir dans l’angle Sud-Ouest des remparts la base d’une ancienne tour ou d’un petit bastion.
On peut donc affirmer qu’Avignonet était une place forte : les fortifications étaient formées par la muraille, renforcée de tours et les fossés, quatre portes et les poternes, la principale à l’ouest munie d’ un pont-levis et de plusieurs tours .

Une église, sentinelle du passé

L'Église "Notre Dame des Miracles" est de la première moitié du XIV ème siècle et XVI ème siècle, faite de grès et calcaire. Elle succède à l‘église castrale, qui devait se situer au sud du château. Même si aucun document historique ne date de façon exacte sa construction , elle est mentionnée en 1415.
Les parties les plus anciennes sont le chevet pentagonal renforcé de contreforts atteignant le toit . Le clocher polygonal de base carrée flanqué d‘ une tourelle s’ élève jusqu’ à 40 mètres, ce qui le rend visible de plusieurs kilomètres à la ronde .
La nef longue d‘une quarantaine de mètres à cinq travées flanquées de chapelles a subi des modifications au XVI ème siècle mais son plan d'origine fut conservé. Ainsi, retrouve-t-on des éléments d'architecture réutilisés.

La base du bénitier est constituée d’un chapiteau retourné portant blason De nombreuses gargouilles ornent les parties extérieures. On accède à la balustrade extérieure du clocher par un escalier extérieur en pierre comportant pas moins de 161 marches.
Cette église est dédiée à Notre Dame des Miracles, Vierge trouvée sous le porche de l'ancienne église Elle porte également le vocable de Notre Dame la Belle
La statue actuelle remplace la statue primitive volée. Cette statue, elle même copie de l'ancienne, était en bois polychrome doré .

Texte : Laure Pagès

Photos : Bruno Alasset
Photos : Bruno Alasset
Photos : Bruno Alasset
Photos : Bruno Alasset
Photos : Bruno Alasset
Photos : Bruno Alasset
Photos : Bruno Alasset
Photos : Bruno Alasset
Photos : Bruno Alasset
Photos : Bruno Alasset
Photos : Bruno Alasset

Photos : Bruno Alasset

Voir les commentaires

Quelques clichés d'un été de spectacles...

Merci à nos partenaires : la municipalité d'Avignonet, le Conseil Départemental de la Haute-Garonne, Festival du Sud, Boralex et la radio France Bleu Toulouse

Et pour leur soutien et relais : La Voix du Midi, La Dépêche du Midi, Radio Muret, etc...

Photos B.Alasset et D.Bonhoure
Photos B.Alasset et D.Bonhoure
Photos B.Alasset et D.Bonhoure
Photos B.Alasset et D.Bonhoure
Photos B.Alasset et D.Bonhoure
Photos B.Alasset et D.Bonhoure
Photos B.Alasset et D.Bonhoure
Photos B.Alasset et D.Bonhoure
Photos B.Alasset et D.Bonhoure
Photos B.Alasset et D.Bonhoure
Photos B.Alasset et D.Bonhoure
Photos B.Alasset et D.Bonhoure
Photos B.Alasset et D.Bonhoure
Photos B.Alasset et D.Bonhoure
Photos B.Alasset et D.Bonhoure
Photos B.Alasset et D.Bonhoure
Photos B.Alasset et D.Bonhoure

Photos B.Alasset et D.Bonhoure

Voir les commentaires

Published by Syndicat -

Quelques clichés d'un été de spectacles...

Merci à nos partenaires : la municipalité d'Avignonet, le Conseil Départemental de la Haute-Garonne, Festival du Sud, Boralex et la radio France Bleu Toulouse

Photos B.Alasset et D.Bonhoure
Photos B.Alasset et D.Bonhoure
Photos B.Alasset et D.Bonhoure
Photos B.Alasset et D.Bonhoure
Photos B.Alasset et D.Bonhoure
Photos B.Alasset et D.Bonhoure
Photos B.Alasset et D.Bonhoure
Photos B.Alasset et D.Bonhoure
Photos B.Alasset et D.Bonhoure
Photos B.Alasset et D.Bonhoure
Photos B.Alasset et D.Bonhoure
Photos B.Alasset et D.Bonhoure

Photos B.Alasset et D.Bonhoure

Voir les commentaires

Published by Syndicat -

Quelques photos-souvenirs des 4 marchés 2015 : buvette, détente, douceur du soir, oreillettes, convivialité et même les enfants n'ont pas été oubliés avec les jeux gonflables installés dans le Pilori...

Photos D.Bonhoure
Photos D.BonhourePhotos D.BonhourePhotos D.Bonhoure
Photos D.BonhourePhotos D.Bonhoure
Photos D.BonhourePhotos D.Bonhoure

Photos D.Bonhoure

Voir les commentaires

Published by Syndicat -

Déjà, on démonte les bannières et bientôt la scène s'effacera de la place Raymond d'Alfaro. Mais si on approche son oreille des pavés, ils résonnent encore des rires, des exclamations de surprise et des applaudissements de ce Festival 2015. Il se peut aussi qu'on entende, comme la mer au fond des coquillages, la pluie faire des claquettes...

Car ce Festival d'été s'est déroulé au rythme d'une météo capricieuse, sans doute le mot est-il trop faible... Alors que depuis 2 mois pas un nuage n'avait encombré l'horizon du Lauragais, les cumulonimbus et les orages ont ramené les frissons et ont parfois poussé les spectateurs à l'intérieur de la salle polyvalente ou les ont invités à revenir après leurs fantaisies mouillées et mouvementées.

Heureusement, les organisateurs sont patients et réactifs et le public du Festival est des plus fidèles s'adaptant avec bonne humeur.

Aussi, il reste l'émerveillement de la découverte des traditions chantées et dansées de deux contrées lointaines et issues du fin-fond de chaque hémisphère : l'Afrique du Sud et le Kamchatka. Le rythme et la tradition zoulous ont fait claquer dans un spectacle dynamique les tréteaux de la scène du festival, les tambours esquimaux, depuis la salle polyvalente, ont rivalisé de fracas avec le tonnerre.

La pièce des Comédiens d'Avignonet a dû être reportée d'une soirée, la pluie ayant décidé de faire sa représentation le même jour. La nouvelle comédie de J.-.F. Pages a tenu ses promesses auprès du public venu très nombreux : douce folie et réparties savoureuses ont provoqué des éclats de rire inextinguibles. Les retours très chaleureux d'un public hilare et conquis ont amené la petite troupe à réfléchir pour proposer une nouvelle date -en automne ou en hiver - pour consoler ceux qui n'ont pu y assister. Les fous-rires feront donc leur retour... En attendant, les Comédiens d'Avignonet partiront en tournée d'automne dans les villages alentours (surveillez les affiches) avec la chorale du Vert Automne pour assurer la première partie du spectacle.

Et c'est sous un ciel débarrassé de ses nébulosités que la Revue du Piano à Franges a permis une plongée fantasque dans les années folles évoquant Fréhel, Mistinguett, Joséphine Baker au cours d'un spectacle de clôture décalé, drôle et délirant...

En seulement 4 dates, dont certaines avec des conditions météo contrariantes, le Festival d'été a réuni plus de 700 spectateurs prouvant là la fidélité et l'engouement pour ce rendez-vous lauragais désormais incontournable.

Les 4 marchés de nuit, s'ils ont accueilli moins d'exposants qu'à l'ordinaire, ont reçu de très nombreux visiteurs à la recherche d'une soirée conviviale et chaleureuse. Flâner, regarder les étals colorés, goûter des spécialités locales, acheter une glace ou une oreillette et bavarder à n'en plus finir, voilà la recette de ce rendez-vous...

Mission estivale accomplie pour les bénévoles du toujours aussi dynamique Syndicat d'Initiative avignonétain...

Après une pause fin août, ils se prépareront à la venue de spectacles à l'automne, la reprise des randonnées et la préparation de la Foire d'Automne...

Dans les prochains jours, nous vous proposerons ici quelques photos-souvenirs de ce Festival et nous reprendront aussi les articles publiés précédemment pour vous permettre de partir à la découverte de notre si beau village...

Photos B.Alasset et D.BonhourePhotos B.Alasset et D.Bonhoure
Photos B.Alasset et D.Bonhoure
Photos B.Alasset et D.BonhourePhotos B.Alasset et D.BonhourePhotos B.Alasset et D.Bonhoure

Photos B.Alasset et D.Bonhoure

Voir les commentaires

Published by Syndicat -

Elles sont de retour ! Chouchou Chinchilla, Clamydia et Kiki Belgambett' sont revenues exercer leur charme vénéneux et envoûtant sur la scène du festival d'été avignonétain dont c'était là la conclusion.

Elles n'étaient pas seules car Raymond Pied-de-Poule, le pianiste émérite et tout tourneboulé par les donzelles aux courbes affriolantes, est toujours à leurs basques... Ainsi va la Revue du Piano à Franges.

Cela donne un spectacle enlevé, ourlé des chansons de Fréhel, Joséphine Baker, Mistinguett ou encore Mireille, ces chansons qui dépeignent avec humour l'amour fou même s'il est imparfait - ou même parfois déjà à l'imparfait ! - ces chansons qui témoignent aussi d'une époque remplie de tous les espoirs avant que l'horizon ne s'obscurcisse dramatiquement quelques années plus tard.

La belle énergie de la petite troupe est communicative. A vous donner des frissons dans les gambettes qui battent la mesure sans même qu'on le leur ait ordonné... On se surprend à se dandiner sur son siège, à abandonner une épaule qui tressaille en rythme ou à claquer des doigts pour accompagner les mains virtuoses du pianiste qui courent sur le clavier pendant que les chanteuses courent autour de lui.

L'engouement suscité par cette programmation audacieuse sur le thème des années folles est un encouragement pour les organisateurs du Festival d'été qui déjà rêvent pour 2016 d'une année tout aussi folle...

Photos B.Alasset et D.Bonhoure
Photos B.Alasset et D.Bonhoure
Photos B.Alasset et D.Bonhoure
Photos B.Alasset et D.Bonhoure
Photos B.Alasset et D.Bonhoure
Photos B.Alasset et D.Bonhoure
Photos B.Alasset et D.Bonhoure
Photos B.Alasset et D.Bonhoure

Photos B.Alasset et D.Bonhoure

Voir les commentaires

Published by Syndicat -

Soirée années folles en clôture du Festival d'Avignonet (31), ce soir 10/08

Dans le cadre du Festival d'été, le Syndicat d'Initiative a souhaité proposer une soirée années folles : la revue du Piano à Franges ou comment faire revivre l'esprit cabaret réinventé par des comédiens et chanteurs passionnés...

Passant du solo intimiste au pur numéro de cabaret, de la performance vocale à la chanson narrative, les artistes sont présents tout au long du spectacle, mais les numéros se renouvellent et bouleversent perpétuellement l’espace scénique, à l’image de cette France en construction. Leur répertoire, qui s’étend de 1918 à 1939, provoque une rencontre explosive entre la gouaille de Mistinguett, la fragilité de Mireille, la sensualité de Joséphine Baker, l’âme tragique de Fréhel ou Berthe Sylva, la provocation de Marie Dubas ou encore le regard acéré et critique d’Yvette Guilbert.

Les morceaux sont dépoussiérés par de nouveaux arrangements, sans pour autant perdre leur âme !

Une soirée à remonter le temps et à savourer l'esprit léger...

Laissez-vous tenter par le rire, les plumes et les paillettes... La dernière date du Festival 2015 sera joyeuse et drôle !!!

Lundi 10 août, 21h30, Place Raymond d’Alfaro, entrée 8€, gratuit –12ans

Repli à l'intérieur en cas d'intempéries

Voir les commentaires

Published by Syndicat -

Ils sont venus de si loin présenter leurs danses traditionnelles qu'il aurait été dommage de se laisser contrarier par un orage. Le ballet Eigunichvan arrivé récemment du Kamchatka pour sa tournée estivale s'est arrêté le 3 août à Avignonet.

Les éclairs ont contraint les organisateurs à délaisser pour un soir la place Raymond d'Alfaro pour investir la salle polyvalente et c'est dans une chaleur moite que le ballet esquimau a pu présenter ses chants et danses issus des traditions ancestrales de ce pays méconnu.

Les costumes rappellent le climat rude et froid du Kamchatka mais les danses mettent en évidence la chaleur et la convivialité qui réunissent ce peuple autour des fêtes populaires. Les chansons célèbrent l'amour, les danses la fraternité et la solidarité.

Pour en offrir un aperçu encore plus tangible aux spectateurs, tous ont été invités à rejoindre les danseurs dans un final très rythmé avant de poser pour la photo finale.

Le ballet Eigunichvan à Avignonet (31)Le ballet Eigunichvan à Avignonet (31)
Le ballet Eigunichvan à Avignonet (31)Le ballet Eigunichvan à Avignonet (31)Le ballet Eigunichvan à Avignonet (31)
Le ballet Eigunichvan à Avignonet (31)Le ballet Eigunichvan à Avignonet (31)
Le ballet Eigunichvan à Avignonet (31)Le ballet Eigunichvan à Avignonet (31)Le ballet Eigunichvan à Avignonet (31)

Voir les commentaires

Published by Syndicat -

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 > >>
Haut

Née en 1981, cette association - Syndicat d'Initiative jusqu'en janvier 2017 -repose sur une équipe de bénévoles motivés qui n'a qu'un but animer ce village du confin de la Haute-Garonne au Sud-Est de Toulouse. Riche de son passé cathare, de ses monuments lui conférant un cadre exceptionnel, Avignonet est aussi tourné vers l'avenir avec un très récent parc photovoltaïque et éolien. Un village à découvrir aussi à travers les manifestations du Syndicat : marchés de nuit estivaux, Festival d'été, Foire d'Automne, concerts et spectacles...

Pages

Hébergé par Overblog